Contrat de rivière Dyle-Gette

mardi 2 mars 2021

Coup double dans la vallée de la Lasne

00 Photo chapeau

On prend quasi les mêmes et on recommence, le service Cours d’eau du Brabant wallon à la baguette. La levée des obstacles poursuit sa marche en avant en Dyle-Gette, cette fois ça s’est passé près de chez vous sur la commune de Lasne. Petit retour ...

Contexte

Après l’ancienne vanne du moulin de Genval, aménagée en 2018 par les services du Brabant wallon, le prochain élément recensé comme obstacle à la libre circulation des poissons sur la Lasne est situé quelques 1500 mètres en amont, à l’arrière de l’internat de Rixensart ... situé sur la commune de Lasne. Il s’agit d’un ouvrage destiné à alimenter le plan d’eau qui se trouve à l’intérieur du site de l’internat (fiche descriptive). Par la suite, le boisement humide situé en berge droite ayant été réhabilité en zone de marais, une arrivée d’eau fut ajoutée pour, de temps en temps, humidifier la zone et renforcer son caractère humide et attrayant. Le marais en question est alors devenu une aire protégée dite ZHIB1 et a été repris au sein du site Natura 2000 de la Vallée de la Lasne. Les opérations de gestion mises en place ces trente dernières années et l’évolution naturelle du site (assèchement) n’ont malheureusement pu empêcher que le milieu ne se referme quasi complètement en 2020, faute notamment d’avoir réussi à conserver une humidité suffisante dans le sol.

1 Vue du site en 2011 2 Vue du site en 2018 3 Vue du site en 2020
Vue du site en 2011. On devine déjà l'arrivée des premiers bouquets de saules  dans la zone inondée. Vue du site en 2018. L'étau se resserre .... (source : Commune de Lasne) Vue du site en 2020. L'angle de prise de vue n'est pas le même mais on devine facilement que l'entièreté du marais est maintenant colonisé par les saules. (source : Commune de Lasne)

Conciliation des enjeux et des acteurs

Le projet de levée de cet obstacle imaginé par le gestionnaire du cours d’eau est donc la suite logique de la démarche initiée dans cette vallée en 2018. Pour mener cela à bien, tout l’enjeu est ici de concilier la continuité écologique en maintenant l’alimentation en eaux des habitats riverains. Mieux, les travaux envisagés constituent une opportunité à saisir pour procéder à de nouveaux travaux de réhabilitation de la zone de marais (débroussaillage-étrépage) couplés à la mise en place d’un système permettant de contrôler de manière plus durable les niveaux d’eau afin de lui restaurer son intérêt écologique d’antan. Dans un souci d’économie d’échelle et pour profiter des machines présentes, des concertations ont donc été nécessaires entre le Brabant wallon, gestionnaire du cours d’eau, et le Département de la Nature et des Forêts, propriétaire de la ZHIB. Enfin, les travaux ont finalement été lancés fin octobre à la grande satisfaction du conservateur de la réserve, très vigilant quant à l’exécution fine des opérations.

4 Le conservateur au chevet de son marais
Le conservateur au chevet de son marais

  • Au niveau du cours d’eau, les travaux ont consisté, outre l’enlèvement des madriers, à mettre en place toute une série de pré-barrages, en gros enrochement plat, entre la prise d’eau (modernisée mais conservée +/- à l’identique) et l’ancienne chute d’eau. La hauteur de chute est ainsi décomposée en plus petits paliers devenus tout-à-fait franchissables pour l’ensemble des espèces de poissons présentes dans la Lasne.

    5 Travaux en cours 6 PrCbarrages 7 Restauration des écoulements de surface et de fond diversification des facias
    Travaux en cours (source : Commune de Lasne) Pré-barrages Restauration des écoulements de surface et de fond + diversification des faciès

    Libéré de tout obstacle, le cours d’eau retrouve dès lors un aspect plus vivant et plus courant à cet endroit. Le lit n’est plus envasé, des courants de fond se recréent au grand bénéfice de tous les êtres vivants qui peuplent la rivière : les poissons bien sûr en premier lieu mais gageons que les invertébrés aquatiques trouveront également là de nouvelles conditions de vie plus propices et qu’une colonisation végétale pourra aussi se faire.

  • Au niveau du marais, le gros des travaux a consisté à défricher l’ensemble des recrûs forestiers, essentiellement des saules, qui avaient envahi le fond du site. Afin de limiter la reprise des ligneux, la plus grande partie du broyat et des branches cassées et/ou enfouies a ensuite été raclée et disposée en gros tas à divers endroits du site. Enfin, certaines zones ont été recreusées afin de restaurer des mares et orienter, au moins au début, la circulation de l’eau dans le marais.

    8 Défrichage 9 Etrépage raclage et mise en tas 10 Mise sous eau finale
    Défrichage (source : Commune de Lasne) Etrépage, raclage et mise en tas Mise sous eau finale (source : Commune de Lasne)

    Grand moment, la remise sous eau du site a été faite vers la mi-novembre. Maintenant, il faut laisser le temps au temps, constituer un réseau d’acteurs locaux afin de mettre en place les futures gestions courantes et observer attentivement la résurrection du site au printemps prochain afin, au besoin, de réagir vite pour corriger les problèmes qui pourraient émerger , notamment liés aux inévitables rejets de saules par exemple.

... mais pas fin !

La Vallée de la Lasne est une des masses d’eau du sous-bassin Dyle-Gette qui figurent parmi les plus intéressantes tant au niveau de la qualité de l’eau qu’au niveau de la qualité des habitats riverains présents. La partie basse de cette rivière est en outre reprise comme axe prioritaire pour la libre circulation des poissons. L’atteinte du bon état écologique de cette masse d’eau au sens de la Direction Cadre Eau reste cependant toujours limitée par ses composantes biologiques et notamment l’indice « poissons ». Restaurer la continuité écologique ne suffira certainement pas à faire évoluer significativement la cote mais cela fait partie des outils pour permettre aux populations de poissons de se répartir et de se rééquilibrer sur l’ensemble du linéaire disponible.

Une possible résolution de l’obstacle suivant sur la liste (Moulin de Chapelle, 700 mètres en amont) est déjà dans les cartons. Il est en effet prévu de lancer une étude de faisabilité, et le cas échéant une intervention, à l’horizon du prochain plan de gestion par district hydrographique (2022-2027).

A suivre donc ....

 

 1 Zone humide d’intérêt biologique, statut de protection au sens de la Loi sur la Conservation de la nature.

 

asbl Contrat de rivière Dyle-Gette - Zoning industriel, rue des Andains, 3 à 1360 Perwez - 010/62 04 30 ou 081/24 00 40 - contrat.riviere(at)crdg.be