Contrat de rivière Dyle-Gette

lundi 26 février 2024

Riparias côté terrain

Après deux années consacrées à mener des inventaires d’espèces exotiques envahissantes aquatiques et rivulaires, place (enfin !) aux actions de gestion. Retour sur ce qui s’est passé cet été dans la zone d’action du projet LIFE RIPARIAS.

Extrait de la newsletter à destination des bénévoles collaborant au projet (novembre 2023)

LogosLIFE

EN REGION WALLONNE

Depuis le mois d'avril 2023, ça s'agite encore plus que d'habitude chez les 3 Contrats de rivière partenaires du projet (Senne, Dendre et Dyle-Gette). Trois nouvelles camionnettes sont arrivées, on trouve des places pour ranger plein de nouveau matériel : bassines, crocs, waders, débroussailleuses, etc. Et puis ce sont même une petite dizaine de nouveaux collègues qui nous ont rejoints pour un travail d'ouvrier saisonnier. Et pour cause, les chantiers de gestion du projet ont commencé !
Cette saison, nous avons concentré nos efforts sur 5 plantes exotiques envahissantes problématiques : quatre plantes aquatiques (myriophylle du Brésil, hydrocotyle fausse-renoncule, jussie à grandes fleurs et jussie rampante) et une plante rivulaire : la balsamine de l'Himalaya.

02 Hydrocotyle fausse renoncule 03 Jussie a grande fleur 04 Jussie rampante 05 Balsamine de lHimalaya 01 Myriophylle du Bresil
Hydrocotyle fausse renoncule Jussie à grande fleur Jussie rampante Balsamine de l'Himalaya Myriophylle du Brésil

Les plantes aquatiques : du travail en force ... et minutieux

Ce ne sont pas moins de 20 plans d'eau envahis, des bassins de la Dyle et de la Senne, qui ont vu débarquer nos équipes. De la petite mare dans une école au grand étang de 3 hectares du domaine d'Argenteuil en passant par le marécage d'un bois communal ou encore la retenue d'eau d'un barrage à castor, nous avons à chaque fois dû établir une stratégie différente pour éliminer les plantes qui s'y installaient généreusement. Tantôt les épais tapis flottants d'hydrocotyle étaient ramenés vers le bord à la force de nos bras, tantôt les tiges de myriophylle étaient déracinées une à une du fond des plans d'eau. Pour la jussie, c'est le devenir des résidus de gestion (ie les plantes extraites) qui est épineux : sans surveillance, elle est en effet capable de reprendre racine en milieu terrestre !

06 Gestion physique de myriophylle du Bresil a Sart Dame Avelines 07 Gestion fine de jussie rampante a Pinchart
Gestion physique de myriophylle du Brésil à Sart Dame Avelines Gestion fine de jussie rampante à Pinchart

Un travail en force, car nous avons estimé que, manuellement, c’est un volume d’au moins 450 m3 de plantes qui aura été retiré de l'eau cet été. Mais un travail minutieux aussi, car une fois le site complètement vidé de ses invasives, nous planifions des visites de contrôle chaque mois afin de venir retirer toutes les inévitables petites repousses. Il s'agit d'être bon observateur et d'être doté d'une sacrée dose de patience pour tout passer au peigne fin. Ces gestions s’inscrivent en outre dans la durée car certains sites resteront sous notre surveillance durant plus de 5 années ! Finalement, retirer définitivement ces plantes encore relativement peu présentes dans la zone de travail va nous permettre de ralentir leur dispersion et d'éviter la colonisation de nouveaux milieux naturels précieux.

Balsamine de l’Himalaya : la chute de l'enfer rose

Les Contrats de rivière ont déjà pu éliminer complètement la balsamine de toute une série de cours d'eau grâce à de nombreuses gestions, souvent participatives, menées depuis 2010. Grâce à RIPARIAS, ce sont 4 cours d'eau qui vont s'ajouter à cette liste : le Hain sur le bassin de la Senne, l'amont de la Marcq sur le bassin de la Dendre, la Cala et la Lasne sur le bassin de la Dyle. Courant juillet et août, le bruit des débroussailleuses a ainsi fréquemment retenti le long de ces cours d'eau et dans les plaines voisines. Au vu de l'été pluvieux que nous avons eu, la balsamine a toutefois été particulièrement difficile à gérer cette année car beaucoup de plantes, même coupées, arrivaient à reprendre vie et poursuivre leur croissance du fait de l'humidité présente. Après 3 (4 voire 5) passages sur les sites, on voit quand même une belle différence et on croise maintenant les doigts pour que les populations résiduelles soient bien moins abondantes en deuxième année de gestion (2024) ... ce qui pourrait peut-être nous permettre d'ajouter un 5ème cours d'eau à gérer sur notre liste ? Affaire à suivre ...

Un travail ardu mais des résultats de qualité !

En résumé, l'équipe wallonne RIPARIAS est très fière et satisfaite des résultats obtenus sur le terrain cette année. Ce sont de très belles avancées et comme les efforts de gestion seront maintenus pendant encore 3 années cela devrait nous permettre de faire un grand bond en avant dans la lutte contre ces plantes. Un immense merci encore à tous les collègues et les personnes qui nous soutiennent dans ce projet !

Extrait de la newsletter du projet LIFE Riparias (septembre 2023)

EN REGION BRUXELLOISE

A Bruxelles, des petites populations de berce du Caucase ont été gérées, ainsi que plusieurs populations de balsamine de l'Himalaya qui s'étaient installées le long des ruisseaux dans la vallée de la Pede. Une population de faux-arum bananier jaune (Lysichiton americanus) a également été ciblée pour une éradication complète le long des rives de la rivière Woluwe. Parallèlement, deux autres populations ont fait l'objet d'une évaluation en vue de leur gestion future et seront bientôt éradiquées.

08 Arum faux bananier jaune

Arum faux bananier jaune

De prochaines actions de gestion visant des populations de myriophylle du Brésil et de riz sauvage de Mandchourie (Zizania latifolia) sont en cours de planification pour être exécutées après la période estivale, car cette période est considérée comme la plus appropriée pour mener à bien ces actions. Notamment, une gestion efficace des populations de riz sauvage, connu par ailleurs pour son système racinaire très développé, requerra l'utilisation d'équipements adaptés et robustes pour retirer mécaniquement les plantes et leurs rhizomes des étangs envahis.

09 Important envahissement des berges de letang par du riz sauvage de Mandchourie Bruxelles Environnement 

Important envahissement des berges de l'étang par du riz sauvage de Mandchourie Bruxelles Environnement

10 chantier de gestion en cours Bruxelles Environnement

10_chantier_de_gestion_en_cours_Bruxelles-Environnement

 

EN REGION FLAMANDE

Cette année, les gestions en Flandre se sont principalement concentrées sur les espèces exotiques envahissantes dites répandues comme la balsamine de l’Himalaya. Les actions ont été menées dans les rivières de l’Ijse et de la Laan, en collaboration avec les actions wallonnes. Les parties envahies des rivières ont été nettoyées par arrachage manuel pour obtenir les meilleurs résultats.

11 Important envahissement des bords de la Laan par la balsamine de lHimalaya

Important envahissement des bords de la Laan par la balsamine de l'Himalaya

Quelques étangs appartenant au gouvernement flamand et envahis par la jussie à grandes fleurs et le myriophylle du Brésil ont également été gérés. De plus, certaines plantes isolées et populations de berce du Caucase ont été éliminées manuellement pour prévenir la propagation de la plante et minimiser les problèmes de santé publique posés par l’espèce. Entre-temps, toutes les nouvelles observations sont étroitement surveillées grâce à l'outil d'alerte précoce (LIFE RIPARIAS Early Alert Tool), ce qui permet une réponse rapide en matière de gestion dans les zones prioritaires.

asbl Contrat de rivière Dyle-Gette - Zoning industriel, rue des Andains, 3 à 1360 Perwez - 081/24 00 40 - contrat.riviere(at)crdg.be