Contrat de rivière Dyle-Gette

mardi 27 octobre 2020

Un bilan alarmant : cet été a rimé avec « pollués » pour nos cours d’eau !

Depuis le mois de juin, les pollutions diverses retentissent et, surtout, se font sentir sur tout le bassin Dyle-Gette : la Petite-Gette à Orp-Jauche, le Train à Grez-Doiceau, le Nodebais et la Nethen à Beauvechain, La Grande Gette à Jodoigne, la Dyle à Wavre, l’Orne à Court-Saint-Etienne, ... ce ne sont hélas que les quelques pollutions qui nous été renseignées. Sans doute que bien d’autres pollutions passent inaperçues et échappent à la vigilance des riverains et des autorités locales.

La plupart de ces malheureux évènements sont issus de pollution par hydrocarbure.
La restauration des écosystèmes rivières est un processus extrêmement lent, qui se voit fortement perturbé par toutes ces pollutions accidentelles. Quand ces polluants arrivent dans le réseau de collecte des eaux usées, il en va de même pour la station d’épuration : dans les bassins biologiques/d'aération (càd où se déroule la dégradation de nos polluants "classiques"), les bactéries enregistrent une surmortalité ...qui peut se traduire par une mise à l'arrêt provisoire de la station d'épuration.... et donc malheureusement de l'envoi éventuel de toutes les eaux usées au cours d'eau... sans traitement préalable

Protéger les ressources en eau et améliorer la qualité de l’eau, bien commun à tous, est une des priorités au Contrat de rivière Dyle-Gette.

Comment de telles pollutions peuvent-elle se produire ?

Bien souvent, il s’agit d’accidents ou de négligence. N’écartons toutefois pas certains faits intentionnels.
Pour illustrer ces propos, voici quelques cas d’école qui détaillent les pollutions de cet été 2020.

- Fissures dans une cuve aérienne située en cave, laissant s’écouler et percoler l’hydrocarbure dans le sol ;
- Citerne vétuste et plus en usage, avec un résidu de carburant ;
- Démontage d’une cuve dont les travaux n’ont pas été réalisés dans les règles de l’art et acheminant le fond de cuve vers le ruisseau ;
- Anciens fûts d’hydrocarbure retrouvés dans le lit du cours d’eau ;
- Rejets industriels non conformes dans le réseau d’égouttage ;
... et bien d’autres sources non identifiées à ce jour, issues d’écoulements intermittents ;

En image, mieux qu’un long discours :
exemples de causes de pollutions issues d’ hydrocarbures (la plupart des cas)

1 20200910 132449 citerne enterrée CITERNE
Citerne à mazout enterrée, utilisée et fissurée Citerne à mazout enterrée, plus utilisée et détériorée.  Jauge de citerne à mazout défectueuse.
4 20200910 124157
Citerne à mazout aérienne utilisée et fissurée

Le plupart de ces accidents peuvent être évités ! Comment ?

Qu’il s’agisse d’une fuite d’hydrocarbure émanant d’une petite ou d’une grande citerne, la pollution et l’impact sur le milieu récepteur sont les mêmes.

  1. Déclarer sa citerne à mazout (de 3.000 litres à 25.000 litres) auprès de votre administration communale : il s’agit d’une OBLIGATION. La législation s’applique aux dépôts de mazout composés d’un ou de plusieurs réservoirs, qu’ils soient aériens (c’est-à-dire dans le jardin, en cave ou en fosse non remblayée) ou enterrés (c’est-à-dire enfouis directement dans le sol ou en fosse remblayée, que ce soit totalement ou partiellement)
    = Effectuer une déclaration d'environnement pour un établissement de classe 3 (validité 10 ans)
    http://forms6.wallonie.be/DGO3_Environnement_v01.20.01/formulaire_declarationClasse3.pdf
    https://www.wallonie.be/fr/demarches/effectuer-une-declaration-denvironnement-pour-un-etablissement-de-classe-3

  2. Respecter certaines obligations comme celle de s’assurer de la conformité et de l’étanchéité de vos réservoirs. Tous les détails pratiques se trouvent dans cette brochure :
    http://environnement.wallonie.be/citernes-mazout/

    Quand vous êtes en ordre, vous recevez votre certificat (plaquette verte à apposer sur le réservoir) indiquant la conformité de votre installation, votre réservoir peut dès lors être rempli.

    PS : il ne faut toutefois pas oublier que cette plaquette n’est valable que pour une durée limitée à 3 ou à 10 ans. Une fois ce délai dépassé, il faut procéder à la vérification périodique qui porte sur les deux étapes : la conformité et l’étanchéité.
    C’est un peu comme pour votre voiture : pour votre sécurité, vous devez aller au contrôle technique. Il en va de même pour la sécurité de l’environnement : vous devez vérifier régulièrement la conformité de vos installations.
    Sans titre2
  3. Cas particulier = Zones de protection des captages d’eau
    En zone de prévention de prise d’eau potabilisable, le système de la double protection est obligatoire pour les réservoirs enterrés à partir de 1000 litres.
    Pour déterminer si vous êtes situés dans une telle zone, consultez le site : carto1.wallonie.be/CIGALE/viewer.htm?APPNAME=OGEAD
    (en activant l’onglet ”eau”, puis l’onglet “captages et zones de protections” et enfin l’onglet “zones de prévention arrêtées”).

Pour les autres capacités ?

  • A partir de 25.000 litres, les dépôts sont soumis au permis d'environnement = Demander un permis d'environnement ou un permis unique pour un établissement de classe 1 ou 2
  • Pour les dépôts de mazout d’une capacité inférieure à 3000 litres, l’application des règles (! pas les plus de 3000 litres) n’est pas obligatoire, mais elle est fortement recommandée.

Cependant, voici quelques règles de bonne conduite :

- Système anti-débordement - sifflet ;
- Pas de jauge extérieure ;
- Construction/placement selon les normes imposées pour les réservoirs de 3.000 litres et plus ;
- Eviter d’installer le réservoir dans un endroit humide ;
- Le prémunir contre les chocs ;
- S’assurer l’accès à toutes les faces ;
- Protéger le réservoir contre la corrosion ;
- S’inquiéter à la moindre odeur suspecte et/ou lors d’une consommation excessive ;
- Sécuriser les conduites de remplissage (un cadenas, ..) pour éviter les actes malveillants.

Et après ?

Non seulement toutes ces pollutions perturbent la restauration des écosystèmes aquatiques mais elles occasionnent aussi des coûts importants.

Lors d’interventions sur le cours d’eau par la Zone de secours du Brabant wallon qui vient de placer un barrage absorbant d’hydrocarbure pour stopper la pollution, des moyens humains et techniques sont déployés à charge de la collectivité.

De plus, durant les périodes de sécheresse que nous connaissons de plus en plus régulièrement, les pollutions diverses ne peuvent être dissoutes dans la masse. Elles sont dès lors plus concentrées, avec des conséquences accentuées sur la qualité de l’eau, de la flore et de la faune aquatiques.

Isa rue aat Nous vous invitons également à être attentif lors de la livraison de mazout : vérifiez que le camion ne répand pas du mazout sur la chaussée (en cas de pluie et par lessivage des sols, les pollutions arrivent au point bas, c.-à-d. à la rivière), vérifiez que la quantité commandée ne va pas engendrer un débordement, vérifiez que la cuve qui va être remplie est bien la cuve qui fait l’objet de la commande et pas celle du voisin, ... Toutes ces petites inattentions engendrent des pollutions très conséquentes.

D’autre part, en tant que riverain, nous comptons sur votre vigilance et surveillance de la rivière : elle vous en remerciera.

Lien fiche ou page suivante lien brochure
http://environnement.wallonie.be/citernes-mazout/Reservoirs-mazout.pdf

cover Reservoirs mazout

Vous trouverez ci-dessous « une fiche réflexe » qui décrit la méthodologie à appliquer afin d’avertir les autorités locales au plus vite lors d’épisodes de pollutions.

fiche

asbl Contrat de rivière Dyle-Gette - Zoning industriel, rue des Andains, 3 à 1360 Perwez - 010/62 04 30 ou 081/24 00 40 - contrat.riviere(at)crdg.be