Contrat de rivière Dyle-Gette

lundi 22 octobre 2018

Ecrevisses exotiques en Dyle-Gette : appel à témoignages !

Avant le XXe siècle, nos étangs et rivières ne connaissaient pas d’autres écrevisses que l’écrevisse à pieds rouges Astacus astacus. Favorisées par les introductions humaines, l’écrevisse signal de Californie Pacifastacus leniusculus, l’écrevisse américaine Orconectes limosus, l’écrevisse turque Astacus leptodactylus et l’écrevisse de Louisiane Procambarus clarkii, s’imposent de plus en plus dans nos eaux douces.

Les Dalton CRDG NicoleDeMeulemeester

Les écrevisses exotiques

L’Aphanomycose, appelée plus communément « peste de l’écrevisse », est une maladie originaire d’Amérique causée par un champignon parasite. Suite à son introduction accidentelle en Italie à la fin du XIXe siècle, la maladie s’est répandue à travers le continent européen, décimant de manière foudroyante les populations d’écrevisses indigènes. Favorisées par une résistance innée à cette maladie (porteur sain), les écrevisses américaines ont alors été introduites en Europe afin de combler le déficit lié au déclin des écrevisses indigènes et maintenir des stocks exploitables pour la consommation humaine. Ces introductions perdureront tout au long du siècle passé, se prolongeant même jusqu’à aujourd’hui. C’est au total une dizaine d’espèces exotiques, presqu’exclusivement américaines, qui ont été introduites à des degrés divers en Europe. En Wallonie, 4 espèces exotiques sont recensées, en plus de l’écrevisse indigène.

Une fois introduites dans la nature, les écrevisses exotiques colonisent rapidement les milieux qui leurs sont propices, en suivant le réseau hydrographique. On les retrouve dans la plupart des zones humides, eaux closes ou rivières depuis la zone à truite jusqu’à la zone à brème des cours d’eau. La dispersion naturelle de ces espèces est d’en moyenne 1km par jour vers l’aval de la rivière, mais les écrevisses ont la capacité de remonter la rivière et même de contourner les obstacles présents au sein du lit mineur en empruntant le lit majeur du cours d’eau. Elles sont alors susceptibles d’entrer en contact avec l’écrevisse à pieds rouges, laquelle succombera alors rapidement suite à l’introduction de spores du champignon parasite dans le milieu. Les écrevisses exotiques possèdent aussi une fécondité plus élevée et une agressivité plus importante que l’écrevisse indigène et sont de ce fait intrinsèquement plus compétitives que l’espèce indigène (voir Tableau 1).

Vous trouverez ci-dessous une description succincte des cinq écrevisses rencontrées actuellement en Wallonie. Pour en savoir plus et notamment accéder à une clé d’identification, n’hésitez pas à consulter le lien suivant biodiversite.wallonie.be.

Lire la suite...

Planning 2017 des chantiers balsamines "CRDG"

Comme chaque été depuis 2010, le Contrat de rivière Dyle-Gette coordonne une campagne de lutte contre les plantes exotiques envahissantes, et en particulier la balsamine de l’Himalaya.

balsamineAvantapres

Cette campagne qui se veut la plus participative possible est menée à bien chaque année grâce à l’implication active de centaines de personnes : bénévoles, riverains, professionnels, étudiants, ... Soyez en tous remerciés ici !

Lire la suite...

« Et pourtant, c’est une belle plante »

photo0

A peu près tout le monde, excepté quelques ermites, a déjà entendu parler au moins une fois de la renouée du Japon (ou renouées asiatiques sensu lato) ... et pour cause, car question peste végétale on ne fait pas mieux (ou pire, c’est selon).
Que pouvons-nous faire ? Est-il possible (souhaitable) de faire quelque chose ?
Tâchons d’y voir plus clair ...

Lire la suite...

Circulaire relative aux plantes exotiques envahissantes

Une Circulaire du Gouvernement wallon proposant un cadre global destiné à limiter l’usage et à promouvoir les bonnes pratiques de gestion des plantes exotiques envahissantes a pris effet le 1er janvier 2013. Petit retour sur son contenu :

Cette circulaire concerne uniquement les marchés publics de travaux, de fourniture et de services que la Région wallonne finance tout ou partie. Toutefois, dans un souci de cohérence, les autres pouvoirs adjudicataires (Provinces, Communes, Intercommunales, associations ou autres) sont néanmoins invités à appliquer les mêmes consignes. Quatre grands points sont abordés.

Lire la suite...

Campagne de lutte 2013-2015

Lire la suite...

Bilan des actions 2010-2012

Cela fait trois ans maintenant que le Contrat de rivière Dyle-Gette a lancé ses premières actions coordonnées de lutte contre le développement  des plantes invasives en bord de cours d’eau. Deux espèces sont ciblées : la berce du Caucase et la balsamine de l’Himalaya. De nombreux partenaires se sont mobilisés pour aider à préserver la biodiversité sur leur territoire. A partir de 2011, le plan berce de la Région wallonne s’est surimposé aux actions déjà menées.

Lire la suite...

Plantons autrement

Le Code de conduite sur les plantes invasives en Belgique

En octobre 2011, le Contrat de rivière Dyle-Gette a signé le Code de conduite sur les plantes invasives. Cet engagement marque la volonté de promouvoir cette nouvelle démarche auprès des partenaires du Contrat de rivière : communes et gestionnaires d’espaces verts, horticulteurs, entrepreneurs de parcs et jardins, architectes paysagistes, … et les particuliers amateurs de jardin. Ce Code est une première étape vers une conscientisation de la filière ornementale à la problématique des plantes invasives.

38 professionnels et 22 particuliers ont déjà adhéré à la démarche, rejoignez-les !

Lire la suite...

Quelles solutions à l’expansion des plantes invasives ? De la prévention à la gestion…

Prévention et gestion sont deux stratégies pour limiter la dissémination des plantes invasives. La première vise à réduire les risques d’introduction dans l’environnement; la seconde consiste à gérer les populations établies dans la nature. Même si ces deux approches sont complémentaires, il vaut mieux éviter de nouvelles introductions que gérer les plantes dans la nature. C’est plus facile et moins coûteux. Dans cette optique, des codes de conduite peuvent être mis en place au sein de la filière ornementale. C’est précisément ce qui vient d’être développé par le projet AlterIAS. Dès septembre 2011, le code de conduite belge sur les plantes invasives sera lancé.

Lire la suite...

L’homme, son jardin et les plantes invasives

La plupart des plantes invasives ont été introduites pour l’ornement. Encore aujourd’hui, elles sont présentes sur le marché de l’horticulture. Elles sont utilisées dans les parcs, les jardins, les espaces verts, voire même en fleuristerie pour la conception de bouquets. Ces plantes sont appréciées car elles présentent une belle et abondante floraison, un feuillage aux formes et aux couleurs variées, elles poussent facilement…autant d’avantages qui ont séduit, et séduisent encore aujourd’hui, tant les professionnels que les amateurs de jardinage.

bande

 

Lire la suite...

Plan berce 2011

Présentation du  4 avril 2011 - SPW



Téléchargez la présentation du plan berce en pdf

Fichiers:

Plan berce 2011 POPULAIRE
(0 évaluations)
 
Licence CC BY NC NDTooltip Date vendredi 3 juillet 2015 11:54 Taille du fichier 17.94 MB Téléchargement 171.00 Télécharger

 

asbl Contrat de rivière Dyle-Gette - Zoning industriel, rue des Andains, 3 à 1360 Perwez - 010/62 04 30 ou 081/24 00 40 - contrat.riviere(at)crdg.be