Contrat de rivière Dyle-Gette

dimanche 21 octobre 2018

«Jeter par terre, c’est jeter en Mer» : une campagne pour tous !

"Jeter par terre, c’est jeter en Mer" c’est le slogan de cette campagne proposée dans le cadre des "Initiatives océanes" et à découvrir.

Par le biais de cette démarche, vous pouvez organiser, participer ou encore rechercher un nettoyage : soit en rivière, en lac ou en mer durant toute l’année.

Surfrider Foundation Europe,
initiateur de cette action, lutte chaque jour pour que les déchets aquatiques soient reconnus comme une pollution à part entière et deviennent une priorité environnementale. Grâce aux outils pédagogiques fournis par la fondation, les participants sont sensibilisés à l’impact de l’activité humaine sur l’environnement et à l’importance d’adopter des gestes éco citoyens.

Le Contrat de rivière Dyle-Gette s’implique ! Et vous ? Voilà comment ?

banderoles

Chaque année, une date "phare" est de mise pour une campagne mondiale, généralement du 21 au 24 mars. Mais l’objectif principal pour toute l’année 2014 est de développer des nettoyages à travers les terres, car 80 % des déchets marins proviennent malheureusement des terres (rivières). Ces déchets représentent pas moins de 1 kg de déchets/an/habitant !

Ces campagnes s’adressent aux communes, associations de tous types, entreprises, collectivités, … mais les chantiers doivent être à proximité d’un plan d’eau !

Un projet de caravane fluviale (à pied, en barque, en voilier, en péniche, …) "remontons symboliquement les déchets vers la mer" et un volet média sont en cours.

Comment organiser un nettoyage ?

Afin d’étudier la possibilité de centraliser les éventuelles demandes de chantiers de nettoyage de cours d’eau en Dyle-Gette, et surtout de pouvoir comptabiliser les déchets récoltés, le Contrat de rivière Dyle-Gette a pris contact avec Surfrider Foundation.
Nous vous conseillons de passer par cette fondation pour l’encodage de la campagne. Si vous prenez contact par mail à l’adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Nous pouvons vous aider et mettre des outils de sensibilisation à votre disposition.

Il est aussi possible de procéder par le site de la campagne en direct : il vous suffit d’inscrire votre opération.
Dans tous les cas, Surfrider se charge de vous envoyer un kit de nettoyage.
Un guide de l’organisateur est à votre disposition pour vous accompagner pas à pas dans cette démarche. Une liste type est à remplir obligatoirement afin de connaître le nombre de participants et leur coordonnées et ce à chaque opération.
A la fin des opérations, il vous sera aussi demandé d’encoder en ligne ou via le Contrat de rivière le bilan détaillé de la récolte de déchets.
Chaque année, un bilan est réalisé par Surfrider sur base des encodages des diverses campagnes menées sur un même territoire (Dyle-Gette).
Surfrider, tient des statistiques européennes des déchets qui arrivent en mer.

Aucun subside n’est octroyé, mais la fondation met à disposition des outils de communication : dossier de presse et support de sensibilisation (kit de nettoyage, affiche, …)

N’oubliez pas de demander au Contrat de rivière, les outils de sensibilisations et de promotions de vos prochaines campagnes de nettoyage (barrages flottants, folders, calicots, panneaux, …) qui peuvent être mis à disposition des communes.

Les animaux marins vont à la mort en ingurgitant des micro-plastics

De nos jours, le plastique entre dans la fabrication d’une foule d’objets courants : jouets, ordinateurs, appareils ménagers, outils, ustensiles, contenants, emballages, voitures…

S’il est largement utilisé et souvent utile, le plastique devient aussi un déchet qui se répand partout sur la planète et dont les impacts sur l’environnement se font de plus en plus néfastes.

Des micro-fragments de plastique pollueraient jusqu’à 90 % de la surface des océans et affecteraient aussi la chaîne alimentaire marine en étant absorbés par les poissons et d’autres animaux.

Ce qui pose problème c'est le temps nécessaire à la dégradation de ces plastiques (estimé entre 500 et 1000 ans) et la toxicité des éléments qui les composent. L'exemple le plus classique étant la tortue qui s'étouffe avec des sacs plastiques confondus avec des méduses (cf. photo) .

oiseau tortue

Les déchets de plastique constituent un sérieux problème environnemental.

Pourtant, nous pouvons réduire ceux-ci par quelques gestes simples :

  • Pour les courses, prendre des sacs réutilisables en tissu.
  • Pour boire, utiliser des bouteilles de verre ou métal.
  • Refuser les ustensiles en plastique à usage unique ; se servir plutôt d’ustensiles réutilisables qu’on emporte avec soi.
  • Apporter aussi une tasse ou un verre lorsqu’on va acheter un café ou autre boisson.
  • Utiliser un sac à lunch réutilisable et un thermos.
  • Recycler.  S’il faut utiliser du plastique, préférer les plastiques qui sont les plus recyclés.  Éviter les sacs en plastique et la mousse de polystyrène, très peu recyclés.
  • Penser numérique : acheter musique et films en ligne.
  • Éviter d’acheter des jouets et babioles en plastique peu durables.
  • Participer aux nettoyages des plages et/ou des berges des cours d’eau de sa région.
  • Appuyer les campagnes locales de bannissement des sacs et contenants en plastique ou même organisez-en une !
  • Répandre le mot : parler dans son entourage des méfaits de la pollution par le plastique et de l’importance de réduire notre utilisation de celui-ci.

ofni

asbl Contrat de rivière Dyle-Gette - Zoning industriel, rue des Andains, 3 à 1360 Perwez - 010/62 04 30 ou 081/24 00 40 - contrat.riviere(at)crdg.be